First week: still alive.

Bon bah voilà, la première semaine de travail est passée!

giphy

Pour l’instant, je ne me sens pas beaucoup mieux que la stagiaire qui débarque dans un nouveau service et qui doit prendre le train en marche^^ J’ai été « doublée » 4 jours, quand habituellement en Suisse, c’est plutôt 2 semaines au minimum (en tout cas ce fut le cas pour mes camarades). Du coup j’ai pas été doublée sur les différents horaires et les différents étages, ce qui m’angoisse un tantinet. Et la « doublure » fut compliquée. Pas de bol pour moi, il manquait quelqu’un quelqu’un presque chaque jour, donc l’infirmière qui me doublait n’a pas pu prendre le temps prévu pour m’expliquer les choses. Ca me rappelle mes premiers jours de stage, où tu débarques et ton PF te dit « Alors normalement je devais être là pour toi, mais en fait il manque quelqu’un donc désolé, ça va pas être possible« .   Ce qui m’est arrivé à peu près une fois sur deux.

Niveau charge de travail, c’est assez lourd. Il y’a vraiment une organisation à acquérir. Mon premier jour non doublée, j’ai évidemment fini en retard, et malgré cela, une fois rentrée chez moi – tu sais, quand tu ressasses ta journée- je réalise tout ce que j’ai oublié de dire et de faire. « Merde, j’ai laissé le sac de médicaments sur le bureau, merde, j’ai oublié d’agender ce soin, sérieux, j’ai oublié de descendre le chariot… » Rien de bien méchant, mais je sais que ça va râler derrière^^

Mais ce qui est le plus difficile je pense, c’est de réaliser ce passage entre étudiante et infirmière diplômée. Surtout en EMS, car en stage, on nous cantonne souvent au rôle d’aide soignante pour soulager les équipes. Donc on approche peu le rôle infirmier en EMS. Et là d’un coup, je me suis retrouvée avec le téléphone qui sonne sans arrêt, les aides qui m’interpellent souvent, la cheffe qui demande elle aussi de gérer des choses, les familles, la commande de pharmacie, la tenue des dossiers… On est SANS ARRET interrompu dans le travail, j’ai l’impression de recevoir un permanence une pluie d’infos, je me retrouve à la fin de la journée avec des notes illisibles. Genre dans 2000 ans, si un archéologue du futur les retrouve, il leur faudra des siècles pour en résoudre les mystères. Parce que même moi je me relis pas.

Beaucoup de gens s’imaginent que travailler en EMS c’est un peu la planque, ben vraiment, à mon avis, c’est PIRE que les soins aigus. En tout cas pour débuter. Car là, je me retrouve d’un coup avec une quarantaine de résidents (en lieu et place des 5-7 patients en soins aigus), avec un millions d’informations à intégrer rapidemement (leurs habitudes, comment on les mobilise etc) et  il y’a toujours des imprévus (untel à chuté, faut aller voir, faire un pansement, après il faut faire des transmissions écrites, agender le soin dans le dossier, faire une commande de matériel…). En tout cas, on a pas le temps de se tourner les pouces. Le rythme est assez effréné, ce que je regrette d’ailleurs, car au niveau infirmier en tout cas, c’est difficile de se poser 5 min avec un résident. D’ailleurs,  j’ai perdu presque 1kg en une semaine…

giphy1

Et puis, il y’a ce côté où tu es seul infirmier (en tout cas sur l’étage). Du coup il faut évaluer les situations et prendre ses décisions en autonomie. Et le reste de l’équipe compte sur toi, s’appuie sur toi. Pas évident quand on est débutant, et c’est ce qui m’a le plus « étonnée » en quelque sorte. C’est un  peu étrange soudainement de se retrouver au centre de la prise en soin, et surtout, de constater qu’on t’écoute, qu’on te demande ton avis…

giphy2

L’équipe a globalement été acceuillante, tout le monde est très sympa. L’ambiance est plutôt bonne. Mais aller, il le fallait bien, j’ai quand même eu droit à l’aide soignante qui a décidé de me snober -____-  C’était vachement agréable de se retrouver à bosser avec quelqu’un qui ne te parle pas, alors que l’idée, c’était quand même qu’elle m’explique comment ça se passe avec les résidents que je ne connaissais pas… Le temps de faire son deuil de la collègue que je remplace, maybe?

Les résidents sont adorables, très attachants. J’apprécie les efforts entrepris par la direction pour mettre en oeuvre la théorie de Parse. C’est agréable de travailler dans un lieu où les patients sont écoutés et où on fait réellement des efforts pour respecter leurs choix et accéder à leurs demandes. Ca passe par des choses toutes bêtes mais par exemple, on leur demande chaque matin ce qu’ils veulent manger. Alors que souvent dans les EMS, ils ont tous les jours la même chose. On ne leur demande pas, les plateaux étant préparés par la cuisine. Et pendant 10 ans, tu boufferas ta confiture à la fraise avec ton café au lait parce que c’est que tu as demandé le 1er jour où tu es arrivé…  Les résidents décident aussi au jour le jour où ils veulent manger. Ca parait idiot mais n’empêche, ça a demandé à l’institution de revoir complètement son organisation, de la cuisine jusqu’aux soins! Il y’a beaucoup de choses à dire là dessus, il faudra que je fasse un article dédié!

Voilà pour le moment! Demain, c’est reparti. Je stresse un peu pour mardi, où je vais faire l’horaire du soir sur un étage où je ne connais pas les résidents et qui est très chargé. Je pense que je vais finir très très tard ce soir là… Si je survis, je vous le dirai 😉

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s