Comment devient-on une infirmière experte?

Un jour, j’ai écrit un article sur la gestion du stress.  Et un jour, une lectrice à réagit à cet article et m’a fait réfléchir:

(…) Tu parles en effet de préparation de telle ou telle situation, d’anti-sèches, de mémos, etc. Or, à mon sens, il y a dans les soins une part non négligeable d’imprévisible justement, de situation qui dérogent toujours de ce que notre esprit avait pu imaginer. Bien sûr la connaissance de certains protocoles et de certains soins techniques est importante, de même qu’il existe dans les services des rappels de procédures ou des fiches de dilution des médicament, mais dans toutes les situations même stressantes, un infirmier est sensé pouvoir réfléchir et agir selon les circonstances cliniques, non ? (…) Hélène.

Si je veux être infirmière et que donc « je suis sensée » dès le départ, être capable de gérer des situations stressantes, ou des situations particulières qui me sont nouvelles, et que ça me fait peur, et que je redoute de ne pas pouvoir y arriver, et que j’ai besoin de mes fiches, de mes protocoles, de mes antisèches, de m’appuyer sur mes collègues, est ce que je peux vraiment être infirmière? Est ce que je ne vais pas être un boulet?

Et puis, en tant qu’étudiant, on entend souvent des remarques du type « quoi, tu sais pas encore faire ça? » ou « En tant qu’infirmière tu seras sensée être comme ci ou comme ça », avec cette impression qu’une fois le diplome en mains on est supposé être plus que l’on ne peut vraiment être! Certaines de mes camarades de classe qui ont été diplomées en septembre dernier me racontent aussi leurs galères de jeuens diplomés, comment certaines équipes peuvent être dures face à leurs difficultés… c’est dommage!

 C’est pour ça que j’ai choisi aujourd’hui de vous parler de Patricia Benner, infirmière et chercheuse américaine. En 1984, elle publie sa recherche : De novice à expert: excellence en soins infirmiers From novice to expert : excellence and power in clinical nursing practice ».) qui décrit comment les infirmière développent leurs compétences cliniques. Vous allez comprendre pourquoi.

novice

Car oui, les soins infirmiers, c’est un métier où la part d’imprévus est importante, où les choses ne se passent pas comme dans les livres, où on ne peux pas pas toujours dire « cette situation est une catégorie A donc j’applique le protocole X ». On doit effectivement développer son jugement clinique et être capable de s’adapter à chaque situation particulière. Et elles sont toutes particulières! Aucun patient n’est identique à un autre, même s’ils ont la même maladie. Ils vont avoir des antécédants, des comorbidités, une histoire, différente. Et plus encore. Une maladie, un problème, peut se manifester de plein de façons différentes, parfois subtiles. L’infirmière doit développer un sens aigu de l’observation, et en plus, elle doit savoir interpréter et agir en fonction de ses observations, c’est le jugement clinique. Le jugement clinique est possible grâce à deux types de connaissances: les connaissances théoriques (« knowing what ») et connaissances pratiques (« knowing how ») selon Benner.  Il s’agit de pouvoir faire « les liens » théorie-pratique, ces fameux liens dont on nous rabat les oreilles quand on est étudiants, et à juste titre: j’observe ça chez un patient, ça fait référence à quelles connaissances que j’ai, et je fais quoi avec ça, en pratique?

Plus on est novice et plus notre capacité d’observation est limitée (car on ne voit que ce que l’on reconnait, c’est à dire qu’il faut déjà savoir QUOI observer et POURQUOI c’est important) et notre jugement clinique aussi, car on a moins de connaissances et moins d’expérience pratique. On est dans le « faire », et là on doit apprendre à se poser des questions, il faut chercher à comprendre « pourquoi je fais cela, et pourquoi je dois le faire de telle ou telle façon. C’est le niveau « Novice », qui correspond aux étudiants infirmiers en début de formation. Par la suite, le socle des connaissances théoriques se solidifiant, et à force de stages, on est de moins en moins dans le « faire » et de plus en plus dans le « savoir faire ». Mais au départ, le novice s’appuie sur des règles (« dans telle situation X je fais Y ») qui imposent au novice un comportement assez limité et rigide, mais ces règles sont nécessaires pour les guider dans leurs actes. Plus on va acquérir de l’expérience, et plus on va se détacher de ces règles (protocoles etc…) pour finalement devenir peut être un jour un infirmier expert, dernier stade de performance selon Benner (et que tout le monde n’atteint pas forcément!).

L’infimière experte possède une grande expérience (à partir de 10-15 ans de pratique) qui lui donne une vision intuitive des situations (c’est-à-dire une compréhension directe du sens et des particularités d’une situation sans réflexion consciente). Mais il ne suffit pas d’attendre que les années passent pour devenir une infirmière experte, pour Benner, l’expérience doit être une démarche active, où l’infirmière se questionne constamment et améliore ainsi ses connaissances au fur et à mesure des situations rencontrées. L’expérience est l’amélioration des théories et des notions préconçues par la confrontation à de nombreuses situations réelles qui ajoutent des nuances ou des différences subtiles à la théorie. Donc c’est avec l’expérience qu’on se détache des règles, des protocoles, des mémos et autres antisèches, que l’on développe son jugement clinique, et même ses capacités d’anticipation, d’organisation et de priorisation!

Les 5 niveaux de performance, Patricia Benner (schéma réalisé par Miette) (Cliquez sur l’image pour agrandir.)

En tant qu’étudiants, cette théorie nous avait parlé car elle fait aussi écho à certaines remarques que l’on peut recevoir parfois en stage, qui nous paraissent complètement injustes… par exemple, en 1ere année, dans mon tout 1er stage infirmier, à 1 mois et demi après le début des études, ma PF me reproche de ne pas avoir un assez bon sens de l’observation, de pas assez anticiper les choses, d’être trop dans le « faire ». J’étais un peu perplexe, je n’avais pas encore assez d’expérience ni pratique ni théorique pour pouvoir me positionner comme elle me le demandait, en tout cas pas d’emblée. Je ne comprenais pas ses remarques. Mais aujourd’hui, en fin de 3e année, à 2 mois du diplôme, je comprends de quoi elle parlait, mais je sais aussi que ses attentes n’étaient pas adaptées à mon niveau, et que son rôle aurait justement été de m’apprendre ce qu’elle me reprochait de ne pas savoir faire, ou du moins de m’y sensibiliser. Pareil dans le stage que j’ai échoué en 3e année, car on a encore trop souvent tendance à attendre d’un 3e qu’il soit comme un diplomé, ce qui n’est pas possible, même s’il ya  des variabilités inter-individuelles, que certains sont plus à l’aise que d’autres, que l’on ne progresse pas tous au même rythme etc. Mais les compétences attendues ne peuvent pas préexister à l’expérience, le stage est le lieu pour les acquérir. L’important ce n’est pas comment on arrive, mais comment on a évolué à la fin du stage!

Mais, ce n’est pas facile je pense, de se mettre à la place d’un novice quand on est soi même tellement expérimenté que les choses coulent de source pour soi. Peut être même que ça peut agacer des fois. Je comprends. Mais essayons de garder en tête que l’on ne naît pas infirmière avec toutes les compétences clefs en main, on le devient, et c’est un long processus. Que même diplomés, on est pas parfait, on est pas infaillibles, on ne sait pas tout, on continue d’apprendre et de développer son expertise tout au long de sa carrière. Surtout, retenons que les novices et débutantes ont besoin du soutien des infirmières plus expérimentées! Okay?

Taco Bell food yes okay wink

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s