Pourquoi j’ai détesté la medecine interne (1)

Dans mon parcours de stage, je m’étais réservé la médecine en dernier, car je me disais « en médecine, il y’a de toutes les pathologies, beaucoup de soins, beaucoup de liens théorie-pratique, donc c’est mieux que je le fasse en dernière année j’en profiterai plus et ça sera génial ». Je me représentais la médecine comme THE service de soin au top de la pointe des soins infirmiers. Je me voyais pratiquer l’examen clinique en veux tu en voilà, travailler main dans la main aussi bien avec l’aide soignante qu’avec le médecin, faire de l’éducation thérapeuthique, soutenir les familles, faire des projets de soin de ouf.

South Park comedy central super hero hindsight captain hindsight

Ben chais pas j’ai peut être pas eu de chance (dites moi que j’ai pas eu de chance, rassurez moi là!) mais ce que j’ai vu c’était à peu près tout le contraire. Je me sentais dépossédée de mon rôle, à enchaîner des soins à toute vitesse sans pouvoir leur donner un sens, car on faisait des « tournée des soins » dans tout le service y compris aux patients que je ne connaissais donc pas très bien. Le travail était « à la tâche », un enchainement de tournée où chacun avait une tâche bien définie. On ne se partageait pas les patients, mais les tâches (sauf le matin où chaque infirmier avait un secteur avec un aide soignant).

Machin fait la tournée des paramètres vitaux (souvent délégués aux élèves et aides soignantes)

Bidule fait la tournée des boissons

Truc fait la tournée des « soins » (injections, perfusions etc.)

On a donc 3 personnes qui se succèdent dans la chambre du patient mais chacun passant en coup de vent car il faut passer dans toutes les chambres.

Et puis le matin, tu dois préparer les médics, les soins, faire les prises de sang, et HGT, aider à distribuer le petit dej, poser tes perfs, faire tes injections, faire les toilettes, faire les pansements, être prête pour la visite médicale, faire la visite médicale et mettre en place tout ce qui en découle, répondre au téléphone, répondre aux sonnettes, faire des papiers, remplir le dossier de soin, appeller les soins à domicile, faire la commande de pharmacie, faire un prélèvement, checker une pompe qui sonne puis c’est l’heure de la tournée de ci puis encore la tournée de ça à 8h, 12h, 16h, 18h…….

tv eating the hills unimpressed chewing

Toujours ces tournées de merde qui enlèvent du sens à ce que l’on fait. Pourquoi faudrait-il prendre tous les jours 3 x par jour à la même heure la tension de tous les patiens, ainsi que la T°, la saturation, les selles…? Tu réfléchis plus à ce que tu fais, à pourquoi tu le fais, qu’est ce qui est important à surveiller chez ce patient, qu’est ce que c’est chez lui une TA ok et quand est-ce qu’on commence à se poser des questions et est ce qu’on doit attendre que les paramètres vitaux se dégradent pour agir, non, mais comment est ce qu’on va voir qu’il y a quelque chose qui joue pas si on délégue les paramètres vitaux aux aides soignantes et aux élèves en année préparatoire et que le seul infirmier du service passe en coup de vent poser un antibio chez un patient dont il ne connait pas grand chose?

angry futurama suspicious zapp brannigan

Figurez vous qu’au détour de lectures d’articles scientifiques pour mon travail de fin d’étude, je suis tombée sur un article intitulé « La primauté des paramètres vitaux » ou en anglais:

The primacy of vital signs – Acute care nurses’ and midwives’ use of physical assessment skills: A cross sectional study

Les auteurs de cette étude critiquent à juste titre ces tournées de récolte des signes vitaux qui dévalorisent l’évaluation et le jugement clinique infirmier. A la place de réfléchir pour adapter la surveillance aux situations (aussi bien la fréquence que les éléments que l’on va surveiller, qui ne sont PAS UNIQUEMENT les signes vitaux) , on standardise la surveillance de tous les patients. Les auteurs de cette étude disent même que c’est super dangereux, ils sont pas du tout , du tout, du tout contents. Et moi je trouve qu’ils ont fortement raison. Et puis de toute façon même si tu veux faire mieux, bah t’as pas le temps. Ben non, faut faire des toilettes, ramasser des plateaux, et se dêpécher en cas d’apocalypse. Bref. J’ai détesté la médecine interne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s