L’échec

EchecJ’avais un parcours presque parfait jusque là. Le démarrage durant la première année fut un peu plus scabreux parce que je devais m’habituer à un rythme de travail compètement différent de celui de l’uni, et puis au début, c’est difficile de savoir ce qu’on doit retenir, comment faire ses fiches, comment réussir à tout réviser et tout faire adans les délais etc… Donc j’avais démarré avec un stage aux Soins à domicile pas très concluant mais validé quand même, et un rattrapage pour la physiopathologie. Je n’avais pas réussi à tout réviser avant les exas, il me manquait un cours, c’était l’insuffisance rénale, et évidemment, avec ma chance légendaire, je tombe sur le sujet que j’ai pas révisé, le seul, l’unique^^

Mais après ça, j’ai enchaîné de très bons stages et de très bons résultats aux examens. J’ai tout donné durant ces 3 ans, tout. C’était beaucoup de sacrifices, car la vie personnelle, le repos, j’en ai pas beaucoup vu. J’ai beaucoup beaucoup étudié. Et puis j’arrive en 3e année, un peu épuisée… je débarque dans mon avant dernier stage en service de médecine interne, et là c’est le drame. Je DETESTE ça. Je ne suis pas à l’aise dans l’équipe, je ne suis pas à l’aise avec l’organisation, la façon de traiter les gens. Je ne supporte pas ma PF. Je suis tendue, épuisée. J’ai décidé darrêter ce stage, au bout de la 3e semaine. Le vendredi ce jour là, j’étais juste incapable d’y aller.  Certificat médical à l’appui, je décide d’arrêter les frais et de me reposer, et de refaire un stage en médecine ailleurs, plus tard, que ça ira mieux.

Plus tard, je retente donc la médecine interne. C’est mieux que le précédent, au moins celui là j’ai pu le finir. Mais…

Mais je ne l’ai pas validé.

Tu débarques en 3e année, après tous ces efforts, ces sacrifices, au moment où tu es supposé être au plus haut, et là, c’est la dégringolade. En 3e année, les têtes tombent. Même parmis les « meilleurs » éléments. L’école dit « c’est normal, ça arrive souvent ». Ouai mais est ce que c’est vraiment normal? Pourquoi en 3e année, les professionnels ne nous valident plus les stages, parce qu’ils trouvent qu’on a encore trop de lacunes, qu’on est pas prêts à être diplomés? Pourquoi l’école dit « ne vous inquiétez pas vous êtes encore étudiants même si c’est un stage de 3e année » mais les lieux de stage eux disent « Vous êtes en 3e année on vous voit comme des futurs collègues il vous faut gérer comme tels ».

Oui mais! J’ai jamais fait de stage en médecine avant! J’ai été aux soins à dom, en salle de réveil, en psy et en home! Allo! Comment voulez vous que je débarque là et parce que je suis en 3e année, je vais prendre un secteur en main et y arriver comme ça, aussi facilement? Moi, j’avais besoin de ce stage pour apprendre, j’avais besoin d’être encore considérée une étudiante, j’avais besoin d’être aidée, encadrée, pour progresser. J’avais besoin qu’on me laisse gérer les choses, tout en étant là, disponible, et tout en me donnant des feed backs pour que je m’améliore. J’avais besoin qu’on me prenne là où j’étais, et qu’on accepte que je sois encore une étudiante qui a besoin d’apprendre. Là, j’aurai pu me sentir en confiance, là j’aurai pu mieux progresser, j’aurai peut être pu atteindre le niveau attendu. Au lieu de ça j’ai passé un stage sous une pression extrême, car je voulais absolument valider, mais je n’avais pas assez de pratique, et je recevais des injonctions de toute part, souvent se contredisant les unes les unes les autres:

« Tu dois gérer seule, t’organiser mieux »! Mais avec des gens tout le temps derrière ton dos, qui te disent « fait comme ci » et le lendemain « nan fait comme ça » des fois à 5 min d’intervalle même. Et pendant que tu fais les soins, et que l’infirmière s’ennuie, ou bien aussi parce qu’elle trouve que tu ne vas pas assez vite, elle avance du boulot. Elle passe de coups de fils, fait les papiers, organise le retour à domicile… autant de choses que tu me vois pas, ne sais pas, n’apprends pas… Je me plains de ça et on me dit:

« Ah mais il faut t’affirmer! » Je m’affirme et 1 fois sur 2, c’est mal pris. Au moment de se répartir les tâches, je me propose pour la tournée des soins, me disant que je dois pratiquer un maximum si je veux améliorer ma dextérité et devenir aussi rapide qu’on l’attend de moi. « Ah, alors toi tu fais les soins, et nous on fait les cafés et les tension c’est ça? » Oups. Désolé. Je pensais bien faire. le lendemain, je dis « dites moi ce que vous voulez que je fasse ». Et on me repproche mon manque d’affirmation.

« Tu dois déléguer pour pouvoir tout faire! » Mais quand tu demandes qu’on te relaye pour les toilettes pour aller à la visite médicale, on te dit nan. Tu finis tes toilettes si t’as pas le temps pour la visite, tant pis. Et si au moment de la répartition, tu te charges pas assez avec les toilettes, on te regarde bizarrement. « Et c’est tout? » Et la visite médicale commence, sans toi. Une fois de plus.

« Tu dois aller plus vite, plus vite, plus vite »! Mais sans faire d’erreurs! Et arrête de stresser! Un jour l’erreur arrive, je donne un médicament au mauvais patient. Je suis stressée, épuisée, je perds confiance en moi.

Après on te repproche ton manque d’organisation, d’affirmation, de confiance en toi, d’assurance. On te dit que tu es incapable gérer. Que c’est pas normal en 3e année. On te valide pas le stage. L’école dit « c’est normal, faut pas s’inquiéter ».

Toi tu es là au milieu, tu regardes le bout du tunnel qui était si proche qui devient soudain si lointain. Tu te demandes où tu vas trouver la force de continuer.

Publicités

6 commentaires

  1. Garde le moral même si c’est pas facile. Ne te laisse pas abbatre pas des soignants méprisants. D’ailleurs certains ne devraient pas encadrer des étudiants… Où ils devraient se recycler j’en sais rien. C’est toujours facile de critiquer mais pour conseiller et encadrer il n’y a plus personne étrangement. Certains ont oublié qu’ils ont eux aussi été étudiants.
    Bon courage !

    • Merci de ton message 🙂 Le moral pour l’instant je l’ai pas trop mais ça va revenir^^ Les soignants n’ont pas particulièrement été méprisants durant ce stage (enfin certains si, mais pas la majorité…) mais ils ne se sont tout simplement pas rendus compte à quel point c’était difficile avec tous ces messages contradictoires, le manque de consensus dans l’équipe vis à vis de mon rôle et des attentes, et la difficulté que j’ai eu à me faire entendre et à m’affirmer dans ce contexte…

      C’est vrai que j’ai manqué d’encadrement, on me disait ce qui n’allait pas mais on m’aidait pas à progresser, on me mettait juste toujours plus de pression… Mais l’intention n’était pas mauvaise… c’est juste que voilà… Je suis arrivée avec un gros manque de pratique, j’ai senti que ça les as tout de suite déçu, vu qu’ils attendaient autre chose en 3e année. Bref… le prochain se pasera mieux, j’espère…

      • Courage !! J’en ai fait des stages en médecine, à chaque fois elles m’en demandaient une tonne et comme toi je faisais en plus les toilettes que les infirmières n’avaient pas, j’avais un tensiomètre pourri qui me faisait perdre mon temps, un minuscule chariot pour mettre mes soins, l’ordi fixé sur un plateau roulant alors que l’ide avait juste un chariot… Bref comme toi elles me disaient vite vite vite, orga…. bla bla bla…Chaque ide qui n’a pas la même orga, et tu dois apprendre les orga de chaque infirmière su service…Bref… je crois que c’est la médecine qui veut ça. Je n’aime pas du coup ces services là…
        N’abandonne pas si près du but, c’est dur mais courage !!

      • Merci du commentaire 🙂 Moi aussi je suis assez dégoûtée par les ervices de médecine, ça me donne juste envie de fuir les soins aigus… quelque part heureusement que je vais avoir l’opportunité de réaliser encore un stage en soins aigus afin de me débarrasser de ce sentiment – je l’espère…^^ Je n’abandonne pas si près du but, mais c’ets un coup dur qu’il faut digérer! Ca va déjà mieux 😉 Merci!

  2. Pratiquement un mois et demi après ton article qu’en est il ?
    J’espère que tu as réussie à surmonter ça et que maintenant tu enchaines.
    Le bout du tunnel n’est peut être plus si loin 😉

    • Salut homme en blanc! ^^ Alors ben depuis le temps j’ai en partie digéré le coup dur (mais je garde le truc en travers de la gorge), maintenant je stresse surtout de savoir où est ce que je vais me retrouver pour le stage de rattrapage! Je posterai sur le blog dès que j’en saurai plus à ce sujet. En attendant, je suis en cours, je me prépare pour les exas!

      Aaaah siiii c’est loiiiin le bout du tunnel car je ne peux pas rattraper pendant les vacances donc forcément ça repousse loin… mais bon. C’est comme ça. Ce qui est surtout triste c’est de voir les camarades tout excités de bientôt finir, et puis toi t’es là comme un con^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s