Petit bilan

imagesVoilà voilà, le stage est terminé, et se conclue par une note moyenne: j’ai eu D, soit 4,5/6, soit 12/20 environ. Bon, j’ai été déçue, car j’espérais un B mais je ne me faisais pas d’illusions et m’attendais plutôt à recevoir un C (= Bien). Sur le moment quand elle m’a annoncé ça ça m’a fait comme un choc, j’avais limite les larmes aux yeux. Faut dire que:

1. Je suis une émotive

2. Je suis perfectionniste, consciencieuse, et pour moi avoir des bonnes notes c’est hyper important, et là forcément, je suis pas contente de moi

3. Je me suis beaucoup investie, j’ai bien progressé, et la note me paraît disproportionnée en regard de l’effort fourni

4. Les bilans et remarques qui avaient précédé le bilan de stage, et le bilan de stage lui même, ne laissaient pas présager ce résultat

Donc choc, déception, sentiment d’injustice, colère, tristesse et puis maintenant acceptation (comme les étapes du deuil quoi 😀 )

Les autres professionnels avec qui j’ai travaillé m’avaient mieux jugé que ma PF (mais je leur ai aussi montré un meilleur côté qu’à elle) un m’aurait donné plutôt un C, un autre plutôt un B, et un autre un A. Donc on voit que la note c’est au final quelque chose de très subjectif et c’est vrai qu’elle ne correspond pas à grand chose dans la mesure où il n’y a aucun barème qui permet de la définir de manière plus objective. Alors j’essaie de me faire une raison. Ma PF ne m’avait pas caché qu’elle n’avait pas le « feeling » avec moi, je ne l’ai pas eu avec elle, je ne lui ai pas montré le meilleur de moi, et la note est un reflet de tout ça… Le bilan en lui même n’est pas mauvais, je suis globalement en accord avec les remarques, les choses bien et les choses à améliorer, à l’exception de deux-trois peut être. Je me dis aussi que c’est pas plus mal d’avoir une « mauvaise » note, d’avoir eu un jugement sévère, car ça me poussera à me dépasser pour le prochain.

Donc à l’heure où j’écris aujourd’hui je ne suis plus si abattue que hier ou avant hier 🙂

Sinon, j’ai bien aimé le stage et globalement les soins à dom sont un domaine où je me vois bien travailler quand j’aurai quelques années d’expérience derrière moi, je reste pour l’instant assez sûre que je me sentirai plus dans mon élément en milieu extra-hospitalier, mais je ne sais pas encore vraiment. J’adore la relation avec les patients dans ce contexte, ça correspond à ma philosophie des soins: autonomiser un maximum, s’adapter au patient et non l’inverse, une vision globale du patient (ses proches, son environnement, ses habitudes, son histoire…) voilà qui me plait vraiment! Et puis si on peut développer une relation sur le long terme, on ne tombe pas dans la routine car il y a toujours des nouveaux patients et chaque semaine j’ai eu des tournées très différentes. Et puis on va dans des endroits différents: chez les gens certes mais j’ai aussi été dans un centre de requérants d’asile, dans des foyers handicap / psy  notamment. Je regrette seulement de ne pas avoir pu pratiquer davantage de soins techniques mais j’ai appris beaucoup au niveau de l’examen clinique et de l’évaluation notamment, mais aussi des transmissions et de la communication avec les médecins (pas toujours aisée ni agréable par contre dans le contexte des soins à dom, dommage. Alors qu’en oncologie la collaboration avec les médecins était juste super! )

Bon et puis en dehors de ça ce que je retiens pour la prochaine fois c’est:

1. Bien me préparer avant le stage. Car en réalité pendant le stage on a bien assez à faire avec les démarches de soin et les fiches de pharmaco et on est bien assez fatigué pour avoir en plus à faire des recherches ou des révisions sur les soins et les pathologies ou l’anat phy. Autant être un maximum prêt avant. –> Ceci explique aussi que je n’ai malheureusement pas beaucoup le temps/l’envie de venir ici raconter mes expériences de stage et de vous faire des petits dessins comme avant… ça me prend trop de temps 😦

2. Arrêter de croire naïvement que tout le monde est gentil. Tout ce que je dis ou laisse paraître peut être retourné contre moi. Donc à partir de maintenant: je ne suis pas stressée. Je n’ai pas d’angoisse d’échouer. J’ai suffisamment confiance en moi. Je suis sereine. Les stages précédents se sont bien passés. Je n’ai pas de problème de sommeil, je ne suis jamais fatiguée.  Je ne pleure pas. Je ne me confie jamais, à personne.

3. Il y a des questions bêtes. En poser une peut être utilisé contre moi soudainement lors du bilan de stage. Bien avoir ça en tête avant de poser une question à laquelle 2 secondes de réflexion suffisent pour y répondre. Deux secondes peuvent m’éviter de passer pour une andouille et de perdre un acquis…

4. Je dois m’affirmer et me positionner. Je ne dois plus me laisser porter par le flot et accepter tout ce qu’on me dit tout en essayant de contenter tout le monde. Je dois réfléchir par moi même, choisir ma méthode/mon approche, l’argumenter, et m’y tenir. Quand on me dit « mais faut faire comme ci », si j’ai une bonne raison de faire plutôt comme ça, alors je l’explique et j’arrête de dire bêtement « oui pardon » et de me plier pour que le suivant vienne ensuite me dire de faire tout le contraire et moi de me sentir le cul entre deux chaises.  Je dois aussi dire ce que je veux/dois travailler et faire en sorte d’y arriver et pas juste attendre et espérer que les occasions se présentent. 

5. Arrêter de m’auto-dévaluer et de donner à l’autre le bâton pour me battre. Ca rejoint les points cités plus hauts mais c’est vraiment tellement important. Accepter les remarques oui, mais sans en rajouter une couche pour m’enfoncer, et pas sans argumenter quand la remarque concerne quelque chose à quoi j’ai réfléchi et qui est est défendable ou en tout cas discutable (ce qui reviens à l’affirmation de soi). Comme ça après on ne pourra plus me dire que je n’ai pas conscientisé ce que c’est qu’être infirmière et que je ne suis que dans le faire.

 

Si j’arrive à faire tout ça alors je pense que le prochain stage devrait bien se passer. Même si j’ai conscience que le fait de m’affirmer pourra ne pas plaire à tout le monde, faudra le faire de manière très très diplomate… et puis bon, faudra déjà que j’y arrive quoi. Je pourrai le mettre comme objectif de stage comme ça ça sera clair dès le début et ça sera présenté comme quelque chose que je dois travailler et non pas perçu comme si j’étais juste une casse couille. Parce que j’ai le souvenir de mon stage précédent où ma volonté d’argumenter a très vite été stoppée par un « accepte ce qu’on te dit et tais toi » littéral… mauvais souvenir que celui là.

Allez, maintenant c’est les vacances. Beaucoup de travail en perspective quand même, mais enfin… j’aimerai me donner une chance de réussir mes examens de février, le nouveau challenge!

Bonnes fêtes à tous! 🙂

Publicités

2 commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé ton post. Je vais passer bientôt les concours d’aide soignante, et je confirme, s’affirmer ne plaît pas à tous. Y compris dans le cercle familial. Mais cela permet de faire le tri pour voir les personnes qui te soutiennent vraiment, même si on a quelques fois des déceptions. Mais le principal est d’avancer et de faire ce qui te plaît sans te soucier des remarques blessantes, il faut savoir prendre du recul. En tout c’est mon expérience 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s