Les soins à domicile, une semaine plus tard

606770-personnel-aidant-soins-domicile-doitBonjour!

Un petit mot quand même sur le début de mon troisième stage, mais le 1er « vrai » stage en soins infirmiers: les soins à dom. Je dois avouer que les deux nuits qui ont précédé le stage et les deux qui ont suivi, je n’ai guère pu fermer l’oeil. C’est toujours un peu stressant et excitant à la fois, ces veilles et premiers jours de stage! Plus encore quand le précédent s’est mal passé et que votre confiance en vous n’est pas très élevée et que vous avez peur… les questions tournent en boucle dans la tête…

A quelle sauce vais-je être mangée cette fois? Est- ce que l’équipe m’attendra, est ce qu’elle va bien m’accueillir? Est-ce que je vais avoir une place ou est-ce que je vais être la femme invisible? Est-ce que l’on va m’apprécier ou me rejeter? Est ce que ma PF (praticienne formatrice, l’infirmière chargée de l’encadrement et évaluation des stagiaires sur place) sera du genre:

1. Tu n’es qu’une misérable stagiaire, une de plus, et tu m’emmerdes- en plus t’es qu’en 1ère année. Fais ta vie je fais la mienne.

2. Tu n’es qu’une misérable stagiaire, tu ne sais RIEN, tu tiens ta place, fermes la et fait ce que je te dis.

3. Tu es une stagiaire infirmière en 1ère année, un autre être humain comme moi, que je respecte en tant que tel. On va bien travailler ensemble tu verras.

Aujourd’hui j’ai quelques éléments de réponse, et je suis soulagée. Ma PF est une femme et une infirmière admirable, à mon avis. Elle est très humaine, elle a un super contact avec les patients, elle est très respectueuse, très à l’écoute. En tant que PF, elle est rassurante. Elle est du genre qui te considère comme un autre être humain et te traite en tant que tel, d’égal à égal même si chacun à un statut à tenir: moi la stagiaire et elle la PF et professionnelle. Elle s’intéresse à toi, t’écoute, te pousse à avancer. Elle se veut juste, elle ne veut pas juger sur la personnalité « ce n’est pas ça mon rôle. Moi je veux voir une progression, c’est ça que je juge. »

Comme une andouille moi, j’ai pleuré au bout du deuxième jour. La fatigue, la pression qui redescend, le besoin d’évacuer mes peurs… ça m’a fait du bien et depuis je me sens mieux mais je me sens quand même honteuse… je trouve que ce n’est pas faire montre de beaucoup de force d’esprit. Je pensais avoir dépassé les paroles de l’autre PF du stage précédent mais en fait je me rends compte que quand je dois en parler, j’ai encore la boule dans la gorge et les larmes aux yeux (voir les articles suivants pour comprendre: Haaaan, Petites humiliations du quotidien, « si tu veux faire ce métier, tu dois changer ta personnalité« , année propédeutique validée )

Bref, du coup je suis arrivée sur ce stage avec une pression artérielle qui devait être de l’ordre de 160/100, la boule au ventre, le sourire gêné, incapable d’aligner 3 mots sans bégayer, et l’emploi régulier d’un mot pour un autre suivit d’un rire nerveux…  l’air benêt quoi. Après avoir fait connaissance avec tout le monde, après un accueil agréable, la rencontre tant attendue avec ma PF, après mes petites larmes et l’expression de mes peurs, c’est allé beaucoup beaucoup mieux.

Un après midi, j’ai tourné avec une auxiliaire de vie et ça m’a fait du bien aussi. Avoir pour une fois une impression de maîtriser quelque chose (les toilettes et le ménage, je sais faire!), ça m’a fait du bien. J’ai aussi beaucoup tourné avec ma PF dont j’ai déjà parlé et puis avec un infirmier en psychiatrie aussi, une personne très sympa qui m’a aussi beaucoup mise à l’aise. Il m’encourage aussi beaucoup, il s’investit dans la prise en charge des étudiants, il passe beaucoup de temps à m’expliquer des choses, me parler des patients, il me laisse faire plein de choses.

Hier soir, sans m’en rendre compte, il m’a laissé mener un entretien avec une dame déprimée et très angoissée qui reçoit régulièrement la visite des soins à dom pour des entretiens de soutien. Moi je n’avais pas l’impression de mener quoi que ce soit mais il a dit que je m’étais bien débrouillée, que j’avais bien rebondit et su faire des liens. Pour lui j’ai une bonne compréhension des situations de soin et une bonne approche. Il me renvoie beaucoup de feed back positifs et grâce à lui, et à tous les autres aussi, j’ai retrouvé de la confiance en moi et en mes capacités et me sens plus à l’aise. J’ai l’impression que je vais beaucoup pouvoir progresser sur ce stage et je dois en tirer le maximum car rien ne dit que j’aurai d’aussi bonnes conditions d’apprentissage sur le prochain stage.

Sinon pour l’instant j’ai surtout fait la connaissance des collègues et de certains patients, qui vont de la personne âgée à des personnes plus jeunes mais avec des pathologies psychiatriques, en passant par le patient cancéreux et le patient qui revient de l’hôpital suite à une chirurgie. Pour l’instant j’ai essentiellement pratiqué et pu observer des soins de sonde, des soins de base (aide à la toilette), des soins relationnels ++++ (entretiens de soutien, pour les patients mais aussi et presque surtout pour leurs proches parfois au bord de l’épuisement, entretiens psy, entretien type recueil de donnée et éducation thérapeutique) et la prise des paramètres vitaux (en manuel). Ah et comment l’oublier celui là: la préparation des piluliers 😀 Du coup, c’est aussi très formateur comme stage pour la pharmaco, on trouve beaucoup de traitements en lien avec des troubles psy (antidépresseurs, neuroleptiques, anxiolytiques, des trucs contre les états maniaques etc), les pathologies cardiaques, circulatoires et respiratoires, les antidouleurs de type I, II et III. On trouve aussi souvent du Pantoprazole et des traitements en lien avec le système digestif pour protéger celui ci des effets des autres traitements… Car les patients ont dans la majorité des cas une bonne dizaine de médicaments différents à prendre au quotidien!

Donc voilà, un stage où je vais pouvoir travailler à fond sur les entretiens, les soins relationnels, la psy, la pharmaco, devenir une experte de la préparation de piluliers et de la prise des paramètres vitaux, si bien que je devrais être capable de savoir combien vous avez de tension rien qu’en vous regardant 😛 Je vais aussi pouvoir pratiquer les soins de sonde, les pansements, plus rarement les sous cut et HGT car les patients le font eux mêmes  le plus souvent et les prises de sang il y en a  de temps en temps mais faut tomber dessus quoi. Mais surtout je vais apprendre à faire un receuil de donnée et une démarche de soin, et je vais tourner avec les infirmières dites RAI ou évaluatrices, qui mettent en place avec les nouveaux patients les prestations de soins ou d’aide dont ils ont besoin, leur durée, toussah. Donc encore un truc très formateur.

Voilà voilà, je me réjouis d’avoir choisi ce stage pour commencer en beauté! Et en plus, même pas besoin de se changer  26000 fois par jour car on travaille en civil. Trop bien quoi 🙂

 

 

Publicités

5 commentaires

  1. Bonjour

    Juste quelques mots pour vous informer du livre
    Auxiliaire de vie et handicap une relation particulière ed Coetquen.
    susceptible de vous intéresser
    Bien cordialement
    Jocelyne PADERI

  2. Salut =) Je te suis sur twitter, je suis My_Little_Julie. Je viens de découvrir ton blog et je vois que tu fais tes études en Suisse. La formation est complètement différente qu’en France et c’est là que vient ma question, pourquoi tu n’as pas fait tes études en France ?

    =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s