Madame, tais toi.

blablaRalala. Des fois y’a des patients… mais ils savent pas s’arrêter. J’veux pas passer pour une mauvaise soignante là mais enfin zut. J’ai un blog, à peu près anonyme, j’dis c’que j’veux. Zut (again). Nan parce que des fois, faut le dire aussi, t’es fatigué, c’est la fin de la journée, tu regardes l’heure, tu te dis « merde, je vais rater mon train », et l’autre te raconte sa vie pendant que toi, avec le sourire, tu hoches la tête régulièrement, tu dis « hum hum », « ah oui », « en effet, je… » (et non tu ne pourras pas en placer en une), tu passes d’un pied sur l’autre, malgré tes Croc’s tu finis par avoir mal aux talons, tu t’appuies contre le mur d’en face, les mains dans le dos, puis t’as plus de sang dans les mains, tu t’appuies donc sur le lit, t’as les pieds du patients sous ton nez, ça pue, tu te ré-appuies contre le mur, tu commences à perdre le fil du monologue (qu’est ce que ça fait de toute façon il ne pourra pas s’en rendre compte, vu que visiblement une réaction de ta part n’est pas attendue, à la limite tu te demandes si le patient sait que sous la blouse y’a un HUMAIN), enfin bref, c’est fatiguant, c’est pénible, c’est chiant, des fois c’est même surréaliste en tout cas j’y comprends rien, en plus vraiment, je ne sais pas qui est Micheline, ni Josette, ni Bernard, je suis étudiante infirmière pas généalogiste, m’enfin, bref. Bref bref bref.

Sinon à part ça, j’ai été triste et touchée aujourd’hui par un des patients que je suivais depuis mes premiers jours dans le service, qui se trouvaient aussi être ses premiers jours à lui, un Monsieur qui a un pancréas, comme on dit chez nous. Oui nous sommes normalement tous équipés d’un pancréas, mais en oncologie, « avoir un pancréas » c’est autre chose, vous z’aurez compris.

– « Le pancréas?

– ouai il est arrivé.

-Sinon l’oesophage il va? »

Ce qui peut donner des situations cocasses (quand on est dans ma tête):

Mr.Oesophage

 

C’est bas, oui oui je sais^^

Bon, ne vous y fiez pas hein… On connait nos patients sur le bout des doigts et en plus on les aime bien. D’ailleurs, j’ai perdu le fil, mais ce que je voulais dire, c’était que j’ai dit Aurevoir à un de « mes » patients aujourd’hui, et ça m’a fait quelque chose.

– « Alors, c’est fini, on ne se revoit plus?

– Ben en effet… je termine vendredi

– Oh…c’est triste. En tout cas merci, vous avez vraiment été gentille, vous serez une super infirmière 🙂

Il avait l’air triste et puis moi aussi. On s’est longuement serré la main, tapoté sur l’épaule, souhaité « tout de bon » (quoi  que cela veuille dire). Mais ça fait toujours plaisir quand les patients te disent merci, pour moi à chaque fois ça me touche et je le prends comme autant d’encouragements. Chaque « merci », chaque sourire, me rappelle pourquoi j’ai choisi ce métier. J’espère qu’il ira bien mon monsieur… c’est pas gagné mais je sais qu’il est entre de très bonnes mains.

– « Vous partez loin? Vous reviendrez ici? »

– « Non, mais on se reverra peut être, dans un autre service…. même si je ne vous le souhaite pas^^ »

L’hôpital, cet endroit où tu espères ne jamais revoir les gens que tu as bien aimé.

(…)

Et voilà comment un post part d’un râlage en bon et du forme pour bifurquer sur une blague douteuse avant d’arriver au cri du coeur. Ralala.

 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s