A good advice, sometimes, is no advice

Hier, j’ai eu un entretien avec la psycho-oncologue du service. Une femme très bien. Elle me donna un bon conseil: « Souvent, la meilleure chose à faire est de signifier que l’on comprend. Ne pas donner de conseil, surtout pas. Ce qui semble pertinent pour  nous ne l’est pas nécessairement pour la personne en face de soi. Le mieux c’est simplement d’être dans l’empathie ».

Etre dans l’empathie. Je t’entends et je comprends que la situation est difficile, je comprends que tu souffres, et je suis là, si tu en as besoin. Voilà la meilleure attitude face à mes patients cancéreux qui parfois, pleurent et se lamentent. Car ils souffrent. Que tout ce que l’on peut faire c’est les écouter, c’est leur montrer que ça nous touche, que l’on comprend, et les aider à trouver les ressources qui sont en eux pour surmonter les épreuves. Mais les solutions toutes faites, les conseils à la mord moi l’jonc, ça sert rarement à quiconque. Et puis zut. On a pas toujours envie d’être aidé. Des fois on a juste besoin de d’être entendu et c’est ça qui nous aide.

Alors je dis ça, parce que j’en ai parlé avec la psycho-oncologue et que je suis en oncologie face à des gens qui vivent des choses  très difficiles. Le cancer c’est pas facile. Et le saut que je vais faire maintenant en direction de ma situation va peut être paraître un poil impertinent. Mais c’est pourtant là que je voulais en venir: j’en ai marre des conseils.

Oui, les gens qui vont donnent des conseils quand vous leur exprimez des difficultés ou des souffrances, ils le font parce qu’ils croient bien faire, parce qu’ils veulent vous aider, parce qu’ils croient que c’est ce que l’on attend d’eux. Or c’est pas toujours le cas. Ce n’est pas MON cas, actuellement, avec mon problème actuel qui est ce stage mortellement décevant. J’en attendais tellement de ce stage, je pensais pouvoir y apprendre plein de choses, et j’en aurai retiré plein de choses quand même, mais au bout d’un moment, quand tu vois que tu n’avances plus, que venir là ne t’apportes plus rien, que à la limite, tu perds ton temps, ça devient vite très pénible. Je m’accroche, j’essaie de rester motivée, et même si je ne le suis plus, de faire croire que je le suis, je fais de mon mieux, je me débats avec violence, je lutte chaque jour pour faire savoir que je suis encore là, que j’existe, que j’aimerai qu’on me laisse de la place, que je veux apprendre, que que… que pleins de choses! Mais quand on te laisse là livrée à ton triste sort malgré tes efforts, la lutte elle même devient difficile, et tu te fatigues, tu te décourages, et finalement tu abandonnes. Le vivant est économe. Je suis économe. A force de dépenser mon énergie vainement, mon cerveau décide, très intelligemment, de ne plus se fatiguer. Et moi- qui suis aussi mon cerveau- ou bien est-ce mon cerveau qui est moi- je me retrouve donc à lutter contre moi même. Et là, pfiou. C’est hard.

Enfin bref. Quand j’exprime mon ras le bol, et qu’on me sort des « mais fait ci, fait ça, soit comme ci, soit comme ça! » avec ce ton qui se veut l’écho de ce mensonge odieux « tu es ACTRICE de ta formation » et alors même que je fais déjà mon possible, ben je me sens comme sommée de me justifier et puis ça me gonfle. On pourra me rétorquer ce qu’on veut. On pourra me donner tous les conseils du monde. Je pourrai aussi faire semblant que tout va bien. Ca ne changera rien à ce que je ressens. Ca ne changera rien à ce que je vis. Ca ne rendra pas mon stage moins pénible. Mais j’ai besoin de dire, j’ai besoin de sortir ce que je ressens, car c’est ça qui m’aide. Quand on me répond par des conseils que je n’attendais pas et qui ont ce goût de « tu es responsables de ce qui t’arrives », j’ai juste envie de dire MERDE.

Et puis ça fait sens. Ce que je dis là, c’est vrai pour mes patients cancéreux. C’est vrai pour tous les malades. C’est vrai pour tous les gens qui ont des difficultés.  Ils ont déjà bien assez avec leur souci, ils n’ont pas besoin de moralisateurs, ils n’ont pas besoin de conseils (à moins qu’ils n’en demandent) ils ont simplement besoin d’être entendus. Que l’on reconnaisse leur peine, leur souffrance, ou que sais-je encore. Ca parait con hein, ça semble peut être évident ou anodin, mais en réalité ça ne l’est pas du tout. C’est pas si simple d’écouter. Et d’admettre aussi son impuissance. Ca n’a pas été simple pour moi. Moi, j’ai toujours voulu sauver le monde et j’ai passé ma vie à butter contre les gens.

M’enfin. Bref.

 

Publicités

4 commentaires

  1. C’est une notion essentielle que tu décris là, qu’il faut saisir, comprendre et apprivoiser dans sa position de soignant… Mais qui est cruciale pour les patients, au final.
    Au plaisir de te lire 🙂

  2. J’peux te donner un conseil?
    non… je plaisante! tu as fait ce que tu as pu pour te sentir bien dans ce stage, tu as montré que tu es motivée, enthousiaste… ça n’a pas suffit pour tes encadrantes? ben, qu’elles aillent se faire voir ailleurs.
    C’est un stage, profite de tes patients, de ce que tu peux leur amener en les entourant, encadrant…
    Tu amènes ce que tu as, et pour les gestes techniques et le reste, ce sera dans d’autres stages, d’autres lieux, où ton enthousiasme, ta motivation, ton engagement seront mieux appréciés.
    J’ai vécu des situations difficiles en stage, que je n’ai pas oubliées (je les ai écrites sur mon blog…), mais qui m’ont, je m’en rends compte bien après, aussi permis de grandir, de m’affirmer.
    Le seul conseil que j’ai eu à te donner, c’était de parler avec ta prof. Comme elle n’a pas été plus à l’écoute, je suis navrée de te l’avoir conseillé, mais c’est le seul partenaire qui puisse « faire » quelque chose.
    Donc, je me répète, profite de ta fin de stage, des collègues sympas, de tes patients et regarde la suite…
    Bisous

    • Merci de ton message ma belle Heidi 🙂 Après avoir publié cet article je me suis rendue compte que ça pouvait être mal perçu et que ça vous visait vous, mes amies bloggeuses et twitteuses. Or, c’était pas du tout le cas, c’était plus par rapport à des messages reçus sur facebook, et puis cette conversation justement avec la responsable de l’école, qui m’a sortit des trucs incroyables. Comme « vous être ACTRICE de votre stage » alors que justement je me plaignais de ne pas pouvoir faire de ce stage quelque chose qui me ressemblait plus. Je ne comprenais pas le pourquoi de cette idée que si j’apprenais la technique je ne travaillerai pas la communication. A la base j’ai quand même choisi ce métier notamment pour la relation avec les patients, alors bon. Enfin bref, c’est juste qu’on m’a sorti de ces trucs, j’en avais un peu ras le bol!

      Après, ça ne veut pas dire que donner des conseils c’est mal, et que je n’en veux pas! Je suis très preneuse de l’expérience des autres et de leur regard. C’est plus dans la façon de dire, parfois. Cette façon qui fait que tu te sens le besoin de te justifier, de te défendre…walà 🙂 Mais en ce qui te concerne toi et nos amies twitteuses, à l’inverse j’ai beaucoup apprécié votre soutien massif! Ca m’avait redonné la pêche! Et a part quelques mauvaises journées qui arrivent encore parfois, maintenant je me suis faite une raison et ça va beaucoup mieux 🙂 Et tu as raison aussi quand tu dis que ces épreuves difficiles ont aussi leur pendant positif, car si on arrive à les dépasser on en ressort grandi, plus fort, et plus confiant en soi. Je pense. En tout cas moi, le dernier jour de mon stage en home je me suis sentie hyper méga fière de ce que j’avais accompli. Je ressortirai de ce stage ci avec aussi beaucoup de points positifs, et je réalise que j’ai quand même appris beaucoup de choses! J’espère quand même que j’aurai quelques stages qui me satisferont pleinement! J’espèèèèèère! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s