Vous allez me manquer

Hier, j’ai vécu mon dernier jour de mon stage au home. Le tout premier stage de toute ma vie, ma toute première expérience dans les soins, mon premier contact avec les personnes âgées, mon premier tout. Et je crois que comme on oublie pas son premier amour, on oublie pas son premier stage. En tout cas pas moi. C’était vraiment une expérience très forte, pour la petite nenette sensible et émotive que je suis 😉 Je suis comme ça, je m’attache vite aux gens, surtout aux gens fragiles, que j’ai envie de protéger et qui ont le coeur assez grand pour recevoir tout ce que j’ai à leur donner. Ils ne m’ont pas déçue, mes résidents. J’ai l’impression d’avoir énormément donné de moi mais ils ont su recevoir d’une manière qui m’a vraiment touchée.

 

Je n’oublierai pas Mr. Gourmand, qui levait le bras en l’air tout en marmonnant « bwabwabwa » avec un grand sourire aux lèvres, sa façon à lui de nous saluer (plusieurs fois par jour 🙂 ) Je l’ai nommé Mr. Gourmand parce que si seulement il avait pu manger son assiette il l’aurait surement déjà fait. Il ne pouvait pas clairement s’exprimer mais pourtant il ne manquait pas d’expressivité. Un homme très soucieux du bien être des autres. Toujours prêt à aider son voisin. Un homme au passé exemplaire. Vous allez me manquer.

Je n’oublierai pas Madame Mon Ombre, qui me suivait partout. Je me retourne, elle est là. J’accompagne quelqu’un aux toilettes? Elle est là. Mme. Mon Ombre est très atteinte par la maladie d’Alzheimer, mais elle ne manque pas d’esprit. Elle comprend l’ironie, elle n’a jamais manqué une de mes boutades, elle aimait bien plaisanter. Mme. Mon Ombre, c’était aussi la plus pudique de tous les résidents. Il faut se déshabiller pour se doucher: « Oh mais quelle horreur »^^ Je ne sais pas ce que je vais devenir sans mon ombre moi maintenant. Vous allez me manquer!

Je n’oublierai pas la Chanteuse, la première résidente qui m’a marquée, la première dont je me suis attachée, celle dont je préférais faire la douche car c’était sans doute la plus coquette de toutes les résidentes et j’adorais la chouchouter. Les douches se passaient en chanson, lui essuyer les fesses était parfois compliqué parce que la Chanteuse aimait bien se dandiner 😀 Son armoire était pleine à craquer de vêtements et j’aimais bien prendre le temps de lui choisir des belles tenues, puis je la maquillais et lui montrais ensuite au miroir comme elle était belle, et elle affichait un air ravi et fier. La Chanteuse… vous allez me manquer.

Je n’oublierai pas Madame Mouton, je ne l’ai pas beaucoup connue, car levée tôt le matin elle était toujours prête avant nous. Autonome, nous ne passions hélas, pas beaucoup de temps auprès d’elle. Mais lorsqu’elle avait la douche avec moi, je prenais le temps de la chouchouter et de parler avec elle. Après le soin, elle voulait toujours me donner « une pièce », mais à la place je lui réclamais un bisou 🙂 Madame Mouton avait les cheveux très frisés et blancs, et quand elle se les coiffait, avec son petit air triste, elle avait quelque chose d’un agneau. On avait juste envie de la serrer dans ses bras! Madame Mouton, vous allez me manquer.

Madame Hallo Oy Oy! Aaaaaaah, Madame Hallo Oy Oy… Vous, je ne risque pas de vous oublier. Cette dame de 102 ans, hyper active, ayant hélas subit une mauvaise chute qui lui a coûté une opération et un long rétablissement, supportait mal de ne plus voir clair et de ne plus pouvoir être autonome. Elle voulait à tout prix se lever, marcher, elle voulait qu’il y ai toujours quelqu’un à ses côtés, et alors elle criait à longueur de journée « Hallo! Hallo! Oy! Oy! Y’a quelqu’un ? Venez chez moi! Hallo! » Elle avait sans doute plus d’énergie que nous. Elle a mis nos nerfs à rude épreuve par moment mais elle était tellement attachante avec ses longs cheveux, ses dents qui tombent, sa façon de vous prendre la main et de la poser contre sa joue, son accent allemand… Madame Hallo Oy Oy, vous allez me manquer!

Je n’oublierai pas Monsieur Comme ci Comme ça, un des premiers résidents dont je me suis occupée aussi, dont je m’étais mise en tête de remonter le moral, mais c’était presque peine perdue si l’on considère que chaque jour, il fallait pratiquement repartir de zéro. Ce monsieur ne s’était jamais vraiment remis du décès de sa femme 1o ans plus tôt, il ne voulait plus vivre, il n’attendait plus rien. Quand on lui demandait comment il allait, il répondait invariablement « Comme ci, comme ça » en accompagnant toujours du geste de la main. Parfois il n’y avait que le geste. J’ai beaucoup discuté avec lui, j’ai fait de mon mieux pour lui donner le sourire, et malgré son Alzheimer très avancé et son état dépressif, j’ai quand même réussi à lui apporter quelque chose. Mes collègues avaient senti que ce monsieur m’appréciait particulièrement et m’envoyaient toujours vers lui quand il fallait lui prendre la pression, le mener à table ou autre. Mais malgré touts mes efforts, Monsieur Comme ci Comme ça a continué de décliner et ne s’accroche plus guère à la vie. C’est avec tristesse que je lui ai dit aurevoir… vous allez me manquer.

Je n’oublierai pas Madame Gargarisme, ah ça, non! Elle est vite devenue une des pensionnaires dont je préférai m’occuper, car j’aimais bien son esprit. Dame cultivée, ancienne professeure, elle avait toute sa tête et fabriquait des phrases à rallonge avec un vocabulaire érudit, mais il fallait beaucoup de patience pour entendre ses discours car elle parlait très lentement. Elle avait aussi beaucoup d’humour et j’aimais beaucoup plaisanter avec elle. Elle était d’une maigreur qui m’avait choquée la première fois que j’avais dû m’en occuper, c’était… déroutant.  Je prenais beaucoup soin d’elle et elle appréciait ma façon de m’y prendre avec elle, elle ne cachait pas que j’étais une de ses soignantes préférée 😉 Quand je lui ai annoncé mon départ, ses mots ont été « Oh mais quelle horreur! Quelle tristesse! » A peine dramatique 😀 Chaque matin, elle voulait faire ses gargarismes, gargarismes qui duraient trois heures et qui résonnaient dans tout le home. Elle avait cette manière de les faire en écarquillant les yeux et en plissant la bouche tout en faisant des bruitages pas possible « reeeeeeeeeee raaaaaaaa gggggggggglllrrrrbn », c’en était à mourir de rire. Aaaaah… Madame Gargarisme vous allez me manquer!

 

Madame Ta Gueule Je Bouffe. Comment dire? Elle est inoubliable. Chaque jour elle nous sortait de ces trucs! Elle nous faisait bien rire, avec son petit caractère de cochon, sa façon de parler, son côté complètement déjanté… c’est le genre de personne âgée qui te donne envie de dire « ah les vieux, c’est plus c’que c’était! » 😉 Au début, j’avais franchement un peu peur de m’en occuper car je ne savais pas du tout comment m’y prendre, elle est particulièrement déroutante quand on s’y connait pas un peu. Puis finalement elle aussi, j’ai appris à la connaître, à savoir comment m’y prendre avec elle, et tout se passait bien. Elle était toujours dégoûtée quand on lui servait des assiettes trop remplies mais par contre il ne fallait pas laisser traîner du chocolat… Madame Ta Gueule Je Bouffe, vous allez me manquer!

Je n’oublierai pas Madame Ca Va Pas, qui en effet avait toujours un problème, mais on ne peut pas lui en vouloir, elle souffrait beaucoup et ça se voyait. Ancienne infirmière, j’ai beaucoup discuté avec elle du métier et de bien d’autres choses aussi d’ailleurs. Son truc à elle, c’est la lecture et la musique, tranquille dans sa chambre. On ne la voyait pas beaucoup car elle prenait ses repas au restaurant du rez de chaussé, mais je lui ai souvent donné la douche. Elle a été patiente avec moi qui apprenait et qui n’était pas très à l’aise au départ à l’idée de prodiguer des soins à une ancienne infirmière qui scrute mes faits et gestes, mais la confiance s’est rapidement établie et elle était heureuse que je lui mette ses bigoudis alors même que je n’avais jamais fait ça de ma vie. Et apparemment, je ne m’en sortais pas trop mal 😉 Madame Ca Va Pas m’a même offert des chocolats pour mon départ, et m’a dit que je m’étais bien occupée d’elle et que j’avais mis du coeur à l’ouvrage, et que bien sûr elle me souhaitait le meilleur pour la suite. Son geste m’a beaucoup touchée. Je sais que je reviendrai la voir car elle est curieuse que je lui raconte mon prochain stage en oncologie! Vous allez me manquer!

Je n’oublierai pas La Raleuse et son mari Monsieur Faut Changer l’Eau des Canaris!   Très antipathique au départ, elle a fini par s’adoucir… malgré ses piques je suis toujours restée aimable et prévenante envers elle, elle a fini par m’apprécier et tout a changé dans notre relation à partir du jour où elle m’a dit « t’es gentille toi », avec un grand sourire plein de tendresse. Ah ça, j’étais choquée 😀 Et puis après ça, m’occuper d’elle a toujours été un plaisir, elle a toujours été adorable envers moi et pour finir, je crois que c’était la personne la plus attristée que je m’en aille. Ah La Raleuse, vous allez me manquer!

Et Madame Je Suis Perdue, un amour de femme, mais si triste, si fatiguée de la vie… une de ces personnes que j’ai prise sous mon aile et avec qui j’ai échangé beaucoup de câlins parce qu’elle en avait terriblement besoin. C’était important de lui témoigner une vraie affection parce que ça lui montrait qu’elle comptait encore pour des gens, qu’elle existait, qu’elle était reconnue… mais je crois que ça ne suffira pas à la convaincre de rester beaucoup plus longtemps parmi nous, hélas 😦 Madame Je Suis Perdue, je pense à vous et vous allez me manquer.

Je n’oublierai pas non plus Madame J’en Ai Marre de la Semoule, un petit bout de femme adorable, pleine d’entrain, toujours le sourire, mais qui en raison d’un problème de vésicule bilaire ne pouvait pas manger de graisses, ce qui état particulièrement pénible quand ses voisins eux, mangeait de la saucisse et des frites sous son nez. Vous allez me manquer!

Je n’oublierai pas Madame Aphasie, dont je ne me suis presque jamais occupée mais que j’aimais bien, et qui contre toute attente semblait vraiment touchée de mon départ. C’était une dame avec qui il était difficile d’avoir une vraie conversation puisque atteinte d’aphasie, ses discours étaient plus ou moins incompréhensibles. Son mari venait tous les après midi et sa grosse voix résonnait dans tout l’étage! Madame Aphasie, vous allez me manquer!

Je n’oublierai pas ma petite Fleur, la moins âgée de nos résidents je crois, mais atteinte d’un retard mental, aveugle, et diabétique. Une personne terriblement attachante, qu’on materne un peu parce que oui, elle est presque comme une enfant, mais une enfant âgée. Parfois, elle pleurait parce que ses parents lui manquait, et elle avait un besoin immense d’affection. Il lui arrivait de vous attraper la main et de la serrer fort sans vouloir la lâcher, et quand on lui donnait un bisou il fallait être prêt à en recevoir cent 🙂 Elle avait toujours le souci de nous plaire, de ne surtout pas nous décevoir, alors elle faisait toujours tout bien comme on lui dit et elle en était fière. Quand elle avait un fou rire, c’était impossible de ne pas rire avec elle! Vraiment ma petite Fleur, tu vas me manquer.

Et il y’en a d’autre encore, et chacun d’entre vous, je vous garderai dans ma mémoire. Et de toute façon, je reviendrais! 🙂

Publicités

4 commentaires

  1. Je te comprends ; et si tu as une bonne mémoire comme moi, tu te souviendras toujours de ces personnes qui t’ont marquée, t’ont fait rire.
    Tu en auras d’autres de bons moments, profite !

    • Je m’en souviendrais toujours, c’est sûr!! 🙂 Et si jamais j’oubliais, j’aurai toujours ce blog pour m’en rappeler 😉

      Oui, j’espère qu’il y en aura d’autres, des bons moments! C’est vrai que là, dans un home, on s’occupe tous les jours des mêmes gens donc il y a un lien qui se créé, je sais pas ce que ça donne ailleurs. Je crois que pour moi c’est quelque chose d’important, de revoir régulièrement les mêmes personnes… on verra bien! au moins en onco je retrouverai ce côté là! Je commence lundi… *peur*

      • Hiiii t’as pas perdu de temps toi, j’ai commencé le stage aujourd’hui! 😀 je m’apprête à écrire un petit article sur ce sujet justement mais pour faire court: très bonne première journée! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s