La miette aux arrosoirs

L’écriture c’est comme un arrosoir. On le remplit. Puis on déverse.

Enfin, pour moi.

Et moi, des arrosoirs, j’en ai plein, de toutes les tailles et de toutes couleurs !

Certains débordent souvent. D’autres prennent plus leur temps.

Mais au bout d’un moment, faut déverser tout ça.

C’est chiant parce que, au bout du compte, c’est souvent le même arrosoir qui déborde.

La question est : est ce qu’il est trop petit ? Ou est ce qu’il pleut trop souvent dedans ?

Ou les deux. Peut être.

Alors c’est vraiment pas d’chance.

L’arrosoir le plus usé, pour moi, c’est l’arrosoir Gens.

Pourquoi ?

Parce que les gens sont, au choix :

Cons

Méchants

Indélicats

Idiots

Incompétents relationnels

Blessants

Inutiles

(Choix multiples possible. Possible aussi d’ajouter son propre adjectif.)

Au bout du compte, ils me déçoivent.

Trop souvent.

C’est lassant.

Pourquoi est- ce que je me cogne toujours au même endroit ? Je sais pourtant que certaines portes restent fermées pour moi. Je sais que chaque fois que je veux les passer, elles s’ouvrent éventuellement, juste assez grand pour me donner l’espoir. Puis se referment. Sur moi.

J’en ai marre d’être toute cabossée.

Un arrosoir, c’est pas non plus éternel. Ca s’use.

Arrêtez de pleuvoir dans mes arrosoirs!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s