4e semaine de cours: insomnies et inquiétude.

Pas grand chose à dire cette semaine, peut être un manque d’inspiration, peut être à cause du fait que j’étais pas en forme et que ce fut donc une semaine moins heureuse, malgré des cours intéressants. J’ai évidemment adoré l’atelier « prise de paramètres vitaux », où on a appris à prendre le pouls, la pression artérielle, la température, ce genre de choses. Quand je suis rentrée, je me suis commandé mon propre stéthoscope et sphygmomanomètre pour m’entrainer à la maison 😛 Normalement, ça sera là lundi, hiiiiiii! ^^

 

J’ai manqué lundi l’anat-physio sur le système cardio-vasculaire, pour cause: insomnies. C’était devenu si terrible, que j’ai dû retourner chez le médecin en courant. Le mien étant absent, j’ai dû passer une heure au téléphone avant de finir par en trouver un qui voulait bien me prendre. Quelle galère que de trouver un médecin ici! Enfin bref. Mon médecin m’a donc donné un anti-dépresseur a effet sédatif à prendre le soir. Oui, un anti-dépresseur. « Mais je suis pas déprimée moi docteur! », oui ben, ça va finir par arriver mâdâme, si vous ne dormez pas. Quoiqu’on en pense, il faut admettre que ça a marché, et que aujourd’hui, j’ai retrouvé le sommeil, et la forme qui va avec – bien que je ne sois pas pour autant de meilleure humeur. Au moins, je n’ai plus l’impression de courir un marathon toutes les nuits. Sou-la-ge-ment.

Soulagement, c’est le mot de la semaine. Parce que oui, il faut soigner la cause, c’est pas une solution à long terme, blabla. N’empêche que c’est impossible de travailler sur soi et d’aller vers le mieux quand on manque cruellement de sommeil, et que les angoisses ont pris complètement le dessus. Incapable de me détendre j’étais. In-ca-pable. Plus j’essayais, moins ça marchait, moins ça marchait, pire c’était. Et puis les sources d’angoisse s’accumulent, avec les histoires d’argent qui manque, mon ancienne université qui me demande de rembourser ma bourse de l’année dernière parce que soit disant je ne leur ai pas envoyé un papier, la grande question du permis de séjour pour les 5 mois qui vont suivre les cours où je me retrouve sans rien, le changement de calendrier impossible… Mais pouah.

Donc bon, je dois dire, que je suis inquiète, je me dis que je dois chercher du travail pour les mois précédant le stage, mais si j’avais pu faire mon stage avant, j’aurai pu plus facilement faire des remplacements ensuite, alors que là, je n’aurai pas d’expérience, et personne ne va vouloir me prendre, et c’est pas la concurrence qui manque. L’idée de me retrouver à nouveau à faire des petits boulots à la con comme j’en ai fait pendant des années pour payer mes études, ça me rebute. J’sais pas. A 27 ans, après je sais même plus combien d’années d’études, je dois dire que j’ai d’autres attentes et que je suis fa-ti-guée. J’aimerai bien avancer au bout d’un moment quoi.

Enfin bon… je me console en me disant que c’est que pour 4-5 mois, que je gagnerai quelques sous, que je pourrai déjà un peu rembourser mon prêt, à la fin, je serai contente. Enfin, si je trouve du travail. Parce que je ne suis plus à Paris, où des boulots y’en a à la pelle, en une journée, c’est trouvé. Ici, c’est une autre paire de manches. Y’a pratiquement pas d’offres (qui peuvent me concerner j’entends). Et puis, je dois déménager aussi, donc va aussi falloir chercher un nouveau logement.

Ah! Vivement l’année prochaine tiens! Vivement!

 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s