The first day

Aujourd’hui fut mon 1er jour d’école, ce fameux jour tant attendu! Tout c’est bien passé, j’ai beaucoup aimé cette première journée, j’ai rencontré de nouveau camarades et Ô joie: je ne suis pas la doyenne 😀 Le doyen de notre classe a 34 ans et était électronicien. Il veut se reconvertir en TRM (=technicien en radiologie) et doit donc comme moi effectuer cette année préparatoire. Je suis quand même la deuxième plus vieille 😉

Enfin bref. Même si j’aimerai bien vous raconter un peu plus en détails cette journée, ce premier module, tout ça, je vais devoir être brève, car comme lors de mes stages, j’ai un rythme à reprendre et là, je suis juste cre-vée. Impossible de m’endormir (l’impatience/stress aidant) et puis mon nouveau petit chaton qui me réveille à 5h du mat’ avec un gros vomito bien puant – dégueulasse. Je précise qu’il n’a pas vomit sur moi, mais bien par terre et à côté du lit, bien sûr. Et aussi qu’après ça je ne pus me rendormir. Ainsi je n’ai pas dormi beaucoup et la journée fut cependant très longue!

Aujourd’hui, la journée était placée sous le signe de la Collaboration. Nous avons vu que dans ce module on va aborder de très différentes choses, mais surtout du droit, le cadre légal, le système de santé suisse, de l’économie de la santé, les institutions, ce genre de choses.

Pour résumer mon ressenti, je peux dire que la matinée fut intéressante mais certaines choses en rapport avec le système de santé suisse et l’économie de la santé m’ont un peu énervée intérieurement. Au bout du compte, tout est toujours rapporté au fric, au rapport « coûts/bénéfices » plus qu’autre chose. On a beau le savoir c’est agaçant pour son tout 1er jour, et tout premier cours, alors qu’on a même pas encore vraiment un pied dans le milieu, et qu’on vous dit que parfois, même si une personne en aurait besoin, on ne pourra pas la soigner si elle ne peut pas payer et que l’assurance ne couvre pas les frais. On le sait, mais c’est dégueulasse. Des fois, j’ai l’impression que la Suisse c’est un peu les Etats Unis, mais bon. Fort heureusement, contrairement aux USA, peu de gens ici risquent d’être concernés par ce problème… enfin j’espère.

L’après midi fut plus joyeuse, on a eu des professionnels de chacun des domaines de la santé de formation HES qui sont venus nous présenter leurs métiers: un physio, une ergo, une infirmière, une diététicienne, une TRM. Et pis c’était super intéressant et j’ai appris plein de choses sur ces métiers dont je n’avais en fait qu’une idée très partielle (à l’exception notoire des soins infirmiers et des TRM). De « grandes » discussions aussi avec Monsieur T surtout et d’autres de mes camardes. Bref, un chouette après midi quoi! 🙂

Voilà pour aujourd’hui! Ce soir je vais au lit TÔT! Demain, comme vous pouvez le voir sur le planning de la semaine mis en ligne hier (ICI), c’est une journée « Communication ». Je sais déjà, si c’est bien la même, que la prof est très chouette. Alors à demain, et bonne nuit! 🙂

 

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires

  1. Aaah les nuits blanches post-rentrée : on a beau être « grand », le symptôme persiste.

    Pour ce qui est des personnes ayant des faibles ressources, il doit bien exister des dispensaires ou un truc dans le genre en suisse, non ?

    • Hihi, oui^^ Et dans ce cas précis ce fut catastrophique même je dirai, après plusieurs nuits d’insomnie… car cette fois il y a aussi pour moi un énorme enjeux derrière, le sentiment que je n’ai pas le droit à l’erreur, tout ça engendre un fort stress associé aussi à des questions d’argent… difficile tout ça, mais aujourd’hui ça va mieux!

      Pour la question des faibles ressources, il y a des solutions qui existent, surtout associatives en effet, dont des dispensaires ou en tout cas ici à il y en a un, j’y ai même travaillé quelques temps comme bénévole. Mais le service reste très limité sur le plan médical , les infirmières ne peuvent pas faire grand chose et sont surtout là pour apporter une écoute, un soutien, prodiguer des soins de base, donner des conseils et prennent quand besoin des RDV avec des médecins « partenaires » on peut dire, qui les reçoivent gratuitement. Je ne sais pas comment c’est ailleurs. Mais on laisse pas non plus les gens crever sur le bord de la route en Suisse! Encore heureux 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s