Aujourd’hui, c’était la pré-rentrée…

Wouaaaai!!! ENFIN! Mon premier jour à l’école 😀

Ben, ça c’est plutôt bien passé! C’était juste légèrement chiant le matin, car c’était la partie plus générale concernant l’école, du genre: le réseau compte 14 000 élèves, c’est la plus grande Haute Ecole de Suisse romande (arf arf, sur toutes les écoles de Suisse romande, il n’y a que la moitié des étudiants de mon ancienne université parisienne, arf arf – again), du genre aussi, à tel endroit vous trouverez le resto, là, la médiathèque, et blabla blabla.  Après c’était la photo pour la carte étudiante (évidemment, je suis tout simplement monstrueuse dessus), puis l’essayage de la blouse (évidemment, moi, haute comme un petit concombre et membre de la confrérie des 7 nains, j’aurai une blouse taillée XS;  XXS m’aurait été aussi mais après ça commence à faire porno). Puis suivirent les infos administratives, c’est à dire les questions d’argent, en fait. Et enfin, temps de pause pour la mangeaille.

Et OUF, je n’étais pas seule sur le trottoir humide en ce jour de pluie et de grisaille pour grignoter un sandwich, car oui, mesdames et mesdames, je me suis fait un ami 😀 Victoire! Et bien sûr, parmi la majorité écrasante de damoiselles, je me suis trouvé un ami sans e, autant dire que c’était un exploit. En plus, il est un peu de ma famille (on l’appellera Monsieur T), car c’est un voyageur comme moi, adepte du pouce (=autostop pour les non initiés) comme moi, et un membre émérite de sites comme hospitality club ou encore couchsurfing, c pour l’hébergement chez l’habitant partout dans le monde, comme moi aussi 🙂 . Eh oui, ces gens là constituent une sorte de famille, ou de secte si vous voulez 😛 . On se comprend, on partage des valeurs et un amour inconditionnel du voyage et de la découverte, une certaine ouverture d’esprit et une certaine confiance dans l’être humain, tout idéalistes que nous sommes 😉 L’idéalisme n’empêchant pas le cynisme ni le pessimisme, j’en suis la preuve vivante et même morte je le serai encore. Mais revenons en à mes moutons.

J’étais donc contente. On était une centaine dans l’auditorium aujourd’hui. On sera divisés en deux groupes pour la première partie de l’année puis en trois groupes pour la deuxième, autant dire qu’on sera des petites classes, et c’est tout bien. Je suis dans le même groupe que Monsieur T. Sinon, je n’ai pas rencontré d’autres personnes aujourd’hui. Il y avait beaucoup de filles, beaucoup qui viennent du lycée dans le cadre de leur maturité spécialisée santé, donc on doit avoir dans les 10 ans d’écart… Ca va pas être facile. Ce fut la mauvaise surprise du jour on va dire. Mais bon, il n’y a pas que des adolescentes non plus, et puis, ça ne veut pas dire que l’ambiance ne sera pas sympa. En tout cas, les profs sont juste excellents, jovials, sympathiques, agréables, clairs, disponibles et j’en passe. Au niveau du corps professoral je ne fait aucune inquiétude 🙂

La deuxième partie de la journée fut la plus intéressante, car centrée sur le programme de l’année. Tous ces modules qui me paraissaient obscurs dans leurs intitulés sont devenus plus clairs, même si certaines zones d’ombre demeurent. Il y a des choses dont je ne comprends pas vraiment à quoi ça correspond, ou en tout cas, comment ça va se présenter. C’est un peu spécial, très différent de l’université, de ce que j’ai pu faire avant, quoique mes connaissances et expériences anthropologiques vont m’être d’une grande utilité tout au long de mes études et en particulier lors de cette année! Car on attend de nous une démarche continuellement réflexive, une posture qui est celle de l’ethnologue d’une certaine manière, mais d’un ethnologue au milieu de la tribu des professionnels de la santé! Et c’est vrai que c’est un monde à part entière 😉 Et bien sûr on va aussi avoir des cours de socio/anthropo, donc ça va être facile comme couper du beurre pour moi!

D’ailleurs, globalement, l’année s’annonce très à ma portée, très facile, très… inutile un peu quoi 😀 Faut dire que cette année préparatoire est destinée en principe à un public jeune, peu expérimenté, sortant du lycée pour la plupart, voir même encore au lycée pour ceux qui font la spécialité santé, et a pour but d’acquérir une expérience du monde professionnel, un aperçu des différents métiers de la santé, une première expérience dans ce monde, des outils méthodologiques, une posture réflexive, tout ça… or, après une licence et un début de master à l’université, un  taaaas d’expérience professionnelle, pas mal de voyages, et un stage découverte à l’hôpital (et sans parler de mon grant-âge^^) , ben, je suis déjà bien équipée on va dire. Et le travail de fin d’année, c’est un truc tellement bateau que j’ai même trop de temps pour le réaliser, je pourrai pratiquement faire ça en un jour et on a un mois pour écrire entre 16 et 20 pages, c’est à dire même pas mon introduction à mon (feu) travail de master 😀

Donc bon, il est probable, sauf grave erreur d’appréciation de ma part, que je ne vais pas rencontrer d’obstacles majeurs cette année, elle m’est quasiment déjà acquise j’ai envie de dire. Le revers, c’est que j’ai peur de m’ennuyer 😦 Et ça m’embête d’autant plus que ça me coûte cher, tout ça pour acquérir des savoirs que j’ai déjà, pour la plupart. Au moins je vais pouvoir faire reconnaître mon expérience pro et être dispensée du stage « dans le monde du travail en général », dieu merci!

Cependant, malgré tout ça, il y a quand même des choses qui me seront nouvelles et utiles, heureusement! Et même si j’aurai certainement pu m’en passer et entrer directement en bachelor, je vais y acquérir une meilleure connaissance du monde de la santé et une première vraie expérience dans ce monde, des bases dans un  peu tout les domaines, passer le brevet des 1ers secours, apprendre l’anatomie et la physio, et globalement approfondir des savoirs déjà acquis mais cette fois dans le domaine très spécifique qui est maintenant le mien 😉 C’est ce que je me dis, en plus du fait que rien ne m’empêchera d’aller plus loin que ce que l’on nous donne, et  puis comme ça j’aurai effectivement le temps de passer mon permis de conduire cette année! Et je pourrai avoir du temps libre, pour regarder des séries, jouer aux jeux vidéos, walà walà, on va pas non plus se plaindre d’avoir une année un peu soft avant d’attaquer le vif du sujet, qui sera nettement moins aisé, pour le coup! Alors Hourra! 🙂

 

Je vais mettre aussi sur ce blog dans un autre article plus de détails sur l’organisation de l’année , les modules, les stages, le calendrier, tout ça! Et voilà, c’est fait, et c’est ICI!

Publicités

7 commentaires

  1. Je pensais naïvement que tu te reposais. Comme quoi, la motivation, ça peut être plus fort que beaucoup de choses…

    Un nouveau pote avant même la rentrée, c’est cool! Puisse-tu savourer ton année jeux-vidéos.

    N’oublie pas que la difficulté se cache bien souvent dans ce sentiment de facilité (un truc que l’expérience m’a forcé à apprendre) 😉

    Et vive les idéalistes!

    • Tu n’es pas naïf, me reposer j’ai commencé par faire. Grosse siestounette cet après midi notamment 😉

      Oui, fin, année jeux vidéos, faut pas exagérer non plus^^ « Facile » ne veut pas dire que je ne vais pas avoir du travail, même si je vais certainement avoir du temps pour souffler, même si j’ai clairement un avantage par rapport à beaucoup des autres élèves, je ne veux pas me rater, tu vois! Cette année me coûte un bras,et de toute manière la réussir et si possible en beauté est essentiel pour moi, donc t’inquiète, je ne vais pas me laisser avoir par le sentiment de facilité 🙂

      Et puis, c’est un « sentiment », par rapport à ce qui m’a été présenté aujourd’hui, mais concrètement, ce que ça va donner, je n’en suis pas sûre! Comme je disais c’est très différent de l’uni, tout n’est pas clair pour moi, j’ai encore beaucoup de trucs à découvrir je crois quant à cette formation.

      Pis je sais que je vais avoir du temps libre aussi parce que je suis dispensée du stage de 6 semaines, et que le projet pro ne me prendra pas un mois un rédiger, et qu’il y a pas mal de vacances aussi, et au bout du compte, l’année va quand même être plutôt soft!

      Walà 🙂

      • Sacrée Léa!!! 😛

        Mine de rien, ça aurait été cool de pouvoir bosser à côté, mais je n’ai pas le droit car je n’ai qu’un permis d’études, donc au mieux je pourrai faire du babysitting ou trucs comme ça. C’est à cause de ça que mon permis posait problème justement, à cause des stages/considérés du travail… donc je ne sais pas comment ça va se goupiller cette affaire!

        Je vais plutôt profiter du temps libre pour passer mon permis de conduire!! 🙂
        Mais j’espère aussi pouvoir travailler un peu cet été!

  2. Hello!
    Ça m’a l’air bien parti, en effet!
    Pour les différences d’âge, ne t’inquiète pas non plus: dans ma volée les âges s’échelonnaient entre 18 ans ( à l’époque âge minimum pour commencer l’école d’infirmières) et 42 ans! Moi qui pensais à l’époque faire partie des « vieilles » avec mes 21 ans pour débuter l’école!!!!
    Je me suis bien entendue avec mes copines de volée, sans différenciation d’âge!
    C’est clair que cette année s’adresse à des post-gymnasiens ou des personnes n’ayant pas de connaissance du monde de la santé, mais connaître les partenaires de soins me semble aussi très important!
    Juste une chose: nutritionniste = médecin, je pense que tu parles des futurs diététiciens, non? 🙂

    • Coucou Heidi!

      Moi je m’inquiète un peu quand même par rapport à l’âge parce que d’après ce que j’en sais pour l’instant, la majorité des élèves est constituée par ceux qui sont en maturité pro santé et ceux qui viennent d’avoir leur maturité non spécialisée santé… je pense que en effet il y aura plus de gens de tous âges après cette année préparatoire, directement en bachelor! J’avais vu à la journée d’info que des personnes entre 18 et 50 ans avaient cette année obtenu leur diplôme!

      Après effectivement, l’âge ne veut pas dire que je ne vais pas m’entendre avec mes camarades, par exemple Monsieur T a 22 ans et on va bien s’entendre je crois 🙂

      Quant au fait de connaître les partenaires de soin et tout ça, je suis entièrement d’accord! Mon amie en France qui est infirmière m’a dit que dans sa formation elle avait aussi eu des bases dans les différents domaines et que ça lui était très utile.

      Sinon, en effet c’est pas « nutritioniste », le bachelor de la HES s’intitule « nutrition et diététique »…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s